· 

Mémoires transgénérationnelles

D'aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours intéressée aux ancêtres de part l'arbre généalogique d'une part et d'autre part par les récits que j'ai entendu sur les différents métiers de chacun. D'ailleurs, c'est curieux de voir toutes les similitudes qu'il existe au sein de nos familles comme les métiers, les engagements militaires ou encore les expériences personnes des uns et des autres, et bien d'autres aspect. Toutes ces correspondances nous permettent de guérir de vieux schémas, de mettre en lumière ce qu'on appelle "les fantômes du passé".

 

Exemple extrait de mon arbre généalogique: Côté paternel, mon grand-père et mon papa était tripier. Tout les 2 ont travaillé dans des abattoirs. Mon papa a été licencié suite à l'affaire de la vache folle (Maladie de Creutzfeldt Jakob) dans les années 90.  Côté maternelle, j'ai appris que j'avais un arrière grand-père, maquignon (Marchand de chevaux ou personne faisant le commerce du bétail vivant, en particulier des bovins). Toujours de ce côté, j'ai perdu en 2019, très rapidement, une tante atteinte de la maladie de Creutzfeldt Jakob. Pour guérir cette mémoire sur l'abattage des animaux dans des conditions assez déplorables, ma maison est bâtie sur des anciens abattoirs de ferme. Il faut savoir que quand j'ai emménagé, j'entendais les animaux hurlaient de terreur. 

 Nos noms de famille ont aussi leur importance. Mon nom de jeune fille est CORREARD ce qui signifie un fabricant de courroies, un bourrelier. Une solution plus séduisante permet cependant d'y voir le mot "correarius", qui dans l'évêché de Die désignait au Moyen-Âge un fonctionnaire de justice d'un rang supérieur au bailli. Et quand on décortique le nom : Le Corps est un Art.

Parmi les métiers de mes ancêtres, il y en a de très vieux comme Charron : artisan spécialiste du bois et du métal ou Galocher : Fabricant de sabots, de chaussure à semelles de bois ou de galoches (terme actuellement populaire "grolle" chaussures), Maréchal Ferrand, Menuisier, Ebéniste.... Pour les 2 branches, les métiers se ressemblent et vont de pairs.

Les prénoms jouent également un rôle important et sont une mine précieuse d'informations.

 

Le travail sur les mémoires transgénérationnelles est passionnant et très libérateur. Salvateur je dirais même pour certaines situations.

Mon travail personnel sur l'étude de mon arbre m'a permis de mettre en lumière des mémoires d'incestes, lourd fardeau que portaient mes ancêtres sur la lignée féminines.

Quand je me penche sur les arbres, je ne m'arrêtes pas aux ascendants directs, je vais creuser aussi sur les frères et sœurs car eux aussi ont leurs importances. Quand j'ai repris mon arbre, il y avait 196 ancêtres. En cherchant dans les archives, j'ai découvert 449 nouveaux ancêtres. 

 

Alors si vous aussi, vous souhaitez découvrir ce qui se cache sur votre arbre, contactez-moi.

Généralement, nous travaillons sur 7 générations mais bien souvent, nous remontons plus loin pour trouver l'origine du fantôme.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0